Que deviennent les arts d'aimer avec le néolibéralisme ? - Université Paris Nanterre Access content directly
Other Publications Mouvements : des idées et des luttes Year : 2015

Que deviennent les arts d'aimer avec le néolibéralisme ?

Abstract

Michel Feher est philosophe, cofondateur des éditions Zone books et de l’association Cette France-là. Mouvements l’a interrogé sur l’histoire des critiques et apologies de la famille, en faisant un détour par la double généalogie des « conditions » et des « érotiques », soit des représentations partagées de la condition humaine et, sur ce fond, des problèmes que l’amour doit surmonter. L’entretien propose ainsi un bilan qui articule de manière inédite les travaux qu’il mène depuis les années 1990 sur les érotiques et depuis les années 2000 sur les « conditions ». Nous vous présentons ici ses développements sur la période contemporaine. L’analyse de la condition néolibérale et de ses penchants à la quête du crédit et au partage des goûts, offre un éclairage indispensable pour qui se soucie de redéfinir une politique émancipatrice des liens d’intimité, d’intensité affective et de solidarité que la relation familiale semble désigner. Il ne s’agit rien de moins que de ne pas se tromper d’époque.

Dates and versions

hal-01506882 , version 1 (12-04-2017)

Identifiers

Cite

Michel Feher, Catherine Achin, Olivier Roueff. Que deviennent les arts d'aimer avec le néolibéralisme ?. 2015, pp.148-158. ⟨10.3917/mouv.082.0148⟩. ⟨hal-01506882⟩
63 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More