Cohésion, cohérence et digression dans le discours à dominante explicative : une perspective diachronique (de la fin du XIIIe au XVIe siècle) - Université Paris Nanterre Access content directly
Journal Articles Discours - Revue de linguistique, psycholinguistique et informatique Year : 2018

Cohésion, cohérence et digression dans le discours à dominante explicative : une perspective diachronique (de la fin du XIIIe au XVIe siècle)

Sabine Lehmann

Abstract

Digression is a type of textual movement that interrupts the flow by disrupting the chronology of the text. The effect of the insertion may be compared to that of parentheses within the textual flow. Digression may be considered similar to the exemplum and the illustration. The similarity lies in the effect of the diversion introduced into the fabric of the text. In this article, we show that digression always indicates a strategy that contributes to the creation of cohesion and coherence effects. It is part of the move towards complexity of the textual and sequential structures observable in the development of French over time. The timeframe established in our study is built around the Middle French period, which is characterized by the appearance of texts that are predominantly explanatory or in support of an argument. The development of these new types of text goes hand in hand with a new concept of discursive coherence. It is in these new types of text representing diverse areas of knowledge (for example medicine, philosophy, agriculture) that we are studying the methods by which the digression is inserted. These methods might be of an implicit or explicit nature (with markers allowing the reader to detect the start and/or end of a digression). The markers used allow the discourse to be punctuated and hence contribute to its stratification.
La digression fait partie d’une série de mouvements textuels qui interrompent le discours en produisant une rupture de la chronologie du texte, une insertion que l’on compare parfois à une parenthèse. Dans cette série, la digression coexiste avec l’exemplum et l’illustration. C’est l’effet de déviation mis en place dans le tissu textuel qui justifie ce regroupement. Dans cet article, nous montrons que la digression relève toujours d’une stratégie qui contribue à l’instauration d’effets de cohésion et de cohérence ; elle s’inscrit dans le mouvement de complexification des structures textuelles et séquentielles observable dans le parcours diachronique du français. Le cadre diachronique mis en place dans notre étude est construit autour de la période du moyen français, caractérisée par l’apparition de textes à dominante explicative ou argumentative. Le développement de ces nouveaux modèles textuels va de pair avec une nouvelle conception de la cohérence discursive. C’est dans ces nouveaux types de textes représentatifs de domaines de savoir variés (par exemple médecine, philosophie, agriculture) que nous étudions les modalités d’inscription de la digression. Ces dernières peuvent être de nature implicite et explicite (marqueurs permettant de cerner le début et / ou la fin d’une digression). Les marqueurs convoqués permettent de ponctuer le discours et de contribuer ainsi à sa stratification.
Fichier principal
Vignette du fichier
discours-9922.pdf (514.73 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive
Licence : CC BY NC ND - Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Dates and versions

hal-04087523 , version 1 (03-05-2023)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

Cite

Sabine Lehmann. Cohésion, cohérence et digression dans le discours à dominante explicative : une perspective diachronique (de la fin du XIIIe au XVIe siècle). Discours - Revue de linguistique, psycholinguistique et informatique, 2018, 23, ⟨10.4000/discours.9922⟩. ⟨hal-04087523⟩
12 View
2 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More