Hypnose, mémoire et cognition incarnée - Université Paris Nanterre Access content directly
Journal Articles (Review Article) Intellectica - La revue de l’Association pour la Recherche sur les sciences de la Cognition (ARCo) Year : 2021

Hypnose, mémoire et cognition incarnée

Abstract

The Cognitive Hypnosis, Memory and Embodied Cognition. Among embodied cognition approaches, a growing number of studies has highlighted the close relationships between the processes that underpin memory and sensory-motor processes. Among these approaches, the Act-In model (Versace et al., 2014) proposes that during a living experience, memory traces automatically emerge through the dynamic activation and integration of sensory and motor dimensions of that experience. During a later living experience, the situation reactivates these previous traces, so that the different dimensions of the present and the previous experiences become integrated. In this model, the perception of the present situation can thus be influenced by previous traces, and conversely, the previous traces can be influenced by the present perception. In parallel to the development of embodied approaches of cognition, the issue of the relationships between the body and the memory has also been discussed among hypnosis specialists. Indeed since the rising of hypnosis at the end of 18th century up to its nowadays practice, notably impacted by Milton Erickson, several important hypnosis methods have been characterized by their use of memory to reach therapeutic goals for patients with physical or psychic problems. For instance, age regression notably consists in proposing to the patient a “revival” of a moment of his life, in order to solve a present problem or to modify a present perception. These hypnosis methods using memory are common and their effects are often described in literature : several specific research domains, as false memory created consecutively to an age regression, brought clinical and experimental studies articulating memory and hypnosis. However, these methods are presently explained by no consensual conceptual nor theoretical model. Moreover, the processes underpinning this kind of phenomenon are not yet well understood. Through a pluridisciplinary reflection, the present paper has two goals. First, it aims at discussing the heuristic relevance of the Act-In model to understand why hypnosis methods based on memory produce specific and observable effects. Second, it aims at discussing to what extent hypnosis might allow the development of new methods to explore the dynamic and embodied dimension of human memory.
Au sein des approches incarnées de la cognition, un nombre croissant d’études souligne l’étroite intrication, voire le recouvrement, des mécanismes qui sous-tendent la sensorimotricité et la mémoire. Parmi ces approches incarnées, le modèle Act-In (Versace et al., 2014) propose que lors d’une expérience vécue, des traces mnésiques se forment automatiquement par le biais d’une dynamique d’activations et d’intégrations des différentes dimensions de cette expérience, en particulier les dimensions sensorimotrices. Lors d’une seconde expérience vécue ultérieurement, la situation réactive en cascade ces traces antérieures, provoquant ainsi une intégration des dimensions de la situation présente perçue et des situations antérieurement vécues. Ainsi dans ce modèle, la perception de la situation présente peut être influencée par les traces antérieures tout autant que les traces antérieures peuvent être influencées par la perception présente. Parallèlement au développement de ces approches incarnées de la cognition, la question des liens entre la mémoire et le corps est par ailleurs discutée et opérationnalisée dans le domaine de l’hypnose. Depuis l’essor de l’hypnose à la fin du 18e siècle jusqu’à sa pratique actuelle amorcée par Milton Erickson, plusieurs techniques centrales en hypnose utilisent un jeu avec la mémoire de façon à pouvoir accompagner un patient en souffrance physique ou psychique. Notamment, les «régressions en âge» consistent à proposer à un patient de «revivre» un épisode de sa vie de façon à l’aider à dépasser une difficulté actuelle ou modifier une perception présente. Ces techniques centrées sur la mémoire sont courantes et leurs effets sont souvent décrits dans la littérature. Certains domaines spécifiques, comme la question des faux souvenirs qui peuvent apparaître consécutivement «aux régressions en âge», ont donné lieu à des travaux cliniques et expérimentaux alliant mémoire et hypnose. Cependant à l’heure actuelle, ces pratiques ne bénéficient d’aucune base théorique ou conceptuelle consensuelle, et les mécanismes permettant d’expliquer les effets de ces techniques sont encore mal compris. En conséquence, à travers le prisme d’une réflexion pluridisciplinaire, cet article poursuit un double objectif. Premièrement, il s’agit de discuter de la pertinence heuristique du modèle Act-in pour comprendre pourquoi ces techniques d’hypnose qui disent utiliser des processus mémoriels produisent leurs effets. Deuxièmement, il s’agit de discuter des perspectives offertes par l’hypnose, et en particulier l’intérêt de ces techniques, pour étayer l’arsenal méthodologique qui permet d’explorer la dimension dynamique et incarnée de la mémoire humaine.
No file

Dates and versions

hal-04560569 , version 1 (26-04-2024)

Identifiers

Cite

Alexandre Coutté, Loïc Heurley, Antoine Bioy. Hypnose, mémoire et cognition incarnée. Intellectica - La revue de l’Association pour la Recherche sur les sciences de la Cognition (ARCo), 2021, 74 (1), pp.271-298. ⟨10.3406/intel.2021.1994⟩. ⟨hal-04560569⟩
2 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More